José Mene Berre : son engagement pour le « fédéralisme en Afrique »

Engagement de José Mene Berre pour le fédéralisme comme mode d’organisation des États post-coloniaux africains (publié sur le site des Fédéralistes mondiaux Suisse en 2014)

M. José Mene Berre a effectué ses études supérieures en aménagement du territoire et en ingénierie des infrastructures en France. Il a une longue expérience du continent africain et vit à Paris où il exerce en tant que consultant. Après avoir passé des années à se documenter sur les systèmes fédéraux, l’expérience suisse est celle qui l’a amené a s’engager pour le fédéralisme en Afrique.

Témoignage

Depuis mon enfance en Afrique, en passant par tous mes voyages dans les pays africains, j’ai toujours vu et vécu une seule façon de faire la politique et d’organiser l’État : un gouvernement basé à la capitale ; des élections présidentielles préparées dans l’instrumentalisation des masses et la soumission nationale ; un même président de la république régnant avec son clan et finissant toujours par être élus avec des scores hors normes au besoin par la fraude ; des citoyens qui subissent la répression d’une armée aux ordres du président de la république, chef de l’État et chef des armées ; des opposants qui sont maltraités, contraints à l’exil ou assassinés ; des alternances obtenues par-ci et par-là au prix de coups d’État conduisant à l’éviction ou à l’assassinat du détenteur du pouvoir…Tout cela rythmé par la nomination de ministres figuratifs, par des promesses électorales jamais réalisées, par le culte de la personnalité du chef, etc. Mais le résultat était et est toujours une indifférence totale pour le bien-être social des populations et le fait du prince bafouant toutes les règles de la démocratie par le bridage des libertés d’entreprendre et de la presse ou la violation flagrante des droits de l’homme.

J’ai commencé à me demander s’il était possible de faire autrement, d’assainir les relations entre les gouvernants et les gouvernés, de pacifier les rivalités ethniques, d’apporter une autre vision aux dirigeants actuels des États africains. À mes interrogations, mon entourage me répondait avec résignation : « il n’y a rien à faire, l’Afrique c’est comme ça ! ».

Dans mon besoin de trouver une solution pour l’Afrique, j’ai entrepris volontairement en 2007 des recherches en sciences politiques. Mon attention a été attirée pour la première fois par les États dits « fédéraux ». J’ai découvert qu’ils n’étaient pas organisés comme le sont majoritairement les États postcoloniaux africains. Puis après avoir examiné tous les systèmes politiques, je suis tombé un jour sur les textes traitant du système suisse : la gouvernance collégiale, la présidence tournante, la démocratie directe, la subsidiarité, la protection des minorités linguistiques, etc. Je me suis littéralement converti au fédéralisme et particulièrement au fédéralisme suisse ! J’ai réalisé que c’est le système qui répond le mieux aux problématiques africaines !

Maintenant, pour tous ceux qui croient encore que l’Afrique est dans l’impasse, je veux leur dire « ayez foi dans le fédéralisme suisse ». Mais « avoir la foi ce n’est pas être aveugle, c’est être visionnaire » (Jack Canfield)
En savoir plus sur http://www.federalistesmondiaux.ch/pages/media/collaboration-internationale/l-interet-du-federalisme-en-afrique/jose-mene-berre-son-engagement-federalisme-en-afrique.html#kGT1h9wX8f8RMKuS.99

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « José Mene Berre : son engagement pour le « fédéralisme en Afrique » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s